Quelles solutions pour améliorer son bien-être ?

0
92

De nombreuses personnes trainent des pathologies toute leur vie. Malgré les nombreux soins médicaux dont elles ont bénéficié, ces personnes continuent à se sentir mal dans leur peau. Il faut savoir que cette situation peut aussi avoir une autre source. En effet, la dégradation de la santé physique est souvent le signe extérieur d’un malaise mental. Certains se porteraient beaucoup mieux s’ils avaient une meilleure qualité de vie. Cette réalité n’est visiblement pas liée à la fortune, car on peut très bien être riche mais vivre mal. Et à l’opposé, une personne aux revenus modestes peut expérimenter le bien-être malgré sa situation. Si vous désirez vous défaire du stress qui vous empêche de vivre heureux, ces quelques solutions pourront vous aider à y parvenir.

Bien-être : comprendre un concept fuyant

C’est plutôt un exercice complexe que de vouloir définir le bien-être. C’est un concept à la fois subjectif et abstrait. En réalité, chacun voit midi à sa porte. La définition peut donc varier selon les cultures, les religions et les expériences de vie de tout un chacun. Mais quelle que soit la définition donnée, tous reconnaissent ce fait : Qui dit bien-être dit forcément « joie de vivre ». Selon un rapport de la commission européenne à ce sujet, le concept englobe des facteurs bien déterminés. Selon cette étude réalisée par TNS Qual+, le bien-être prend en compte entre autres :

  • la situation économico-professionnelle,
  • la réussite dans les études,  
  • la bonne santé et le cadre de vie,
  • les relations familiales et amicales,
  • l’équilibre spirituel.

Cette liste n’est pas exhaustive. Il en ressort que beaucoup de facteurs déterminent le bien-être. Le bouddhisme met quant à lui la souffrance au cœur de la définition du bien-être. Elle serait, selon ce mode de vie, la clé du bonheur. Celui qui aura réussi à maitriser sa souffrance est de ce fait considéré comme un homme heureux. Le bouddhisme n’écarte donc pas la douleur du quotidien de l’homme heureux. En effet, celui-ci parvient à l’étape du bien-être s’il détecte par la méditation les motifs de sa souffrance. Il devra ensuite les comprendre et apprendre à vivre avec. Une conception plus philosophique définit le terme comme un état physique et mental d’harmonie avec soi-même et les autres. Le blog du général Ouille vous donne davantage d’informations à ce sujet. Malgré la complexité de cet état d’être, de petites astuces permettent de l’atteindre. Quelles sont-elles ?

Soigner son cadre de vie

On n’y pense pas forcément, mais un bon cadre de vie a un effet positif sur le bien-être. Une personne qui vit dans une résidence délabrée ou mal rangée sera plus encline à être de mauvaise humeur. À cela s’ajoutent les ennuis de santé qui peuvent être causés par un environnement sale. C’est tout le contraire d’une personne qui vit dans un milieu sain. Ce critère n’est évidemment pas lié au standing du bâtiment. En réalité, il vaut mieux vivre dans une habitation modeste et propre que dans une villa crasseuse. Il en est de même du cadre de travail. Les travailleurs passent en effet le clair de leur temps dans les bureaux et autres ateliers. Leur bien-être dépend en grande partie de l’agencement des lieux. De nombreuses études ont d’ailleurs démontré qu’un cadre de travail agréable favorise le bien-être du salarié. En retour, celui-ci donne le meilleur de lui-même. Dans ce cas précis, l’hygiène au travail est accompagnée de la bonne ambiance entre collègues. Cette enquête de TNS Sofres confirme la thèse.  

Accepter votre situation actuelle

La déprime nait de diverses situations. Une personne qui vient de perdre de façon inattendue son travail aura l’impression que le monde s’écroule autour de lui. Il aura tendance à se laisser dominer par les inquiétudes. Comment payer la facture ? Comment faire face aux scolarités des enfants ? Comment s’acquitter de ses loyers ? Bref, un tas de questions pourrait lui tarauder l’esprit. Dans ces conditions, il serait facile de tomber dans la déprime, surtout si aucune solution alternative ne pointe à l’horizon. Il est pourtant possible de faire autrement.

La bonne attitude serait plutôt d’accepter psychologiquement la situation. Il faut se rendre à l’évidence que plus rien ne sera comme avant. Au lieu de céder à la panique, une attitude zen permettra de mieux appréhender les choses. La personne concernée peut par exemple redéfinir son niveau de vie. Si elle a la chance d’avoir quelques économies, elle peut accepter de vivre plus modestement, en attendant que la situation s’améliore. En d’autres termes, vivre heureux c’est prendre la vie du bon côté. C’est aussi choisir de bien se sentir alors que tout vous pousse à penser le contraire.

Éviter l’obsession du bien-être

Tout le monde aspire au bonheur. C’est une propension naturelle qu’il n’est pas possible d’ôter de la mentalité humaine. On travaille tous les jours pour atteindre cet objectif. Cette quête perpétuelle du bonheur entraine le monde moderne dans un individualisme inquiétant. Mais le malheur pourrait paradoxalement provenir de cette ambition. Il ne faut pas considérer le bien-être comme une finalité. C’est la seule manière de ne pas en faire une obsession. Qu’on le veuille ou non, la vie est une suite d’événements heureux et malheureux. Les périodes de vaches maigres sont indispensables en réalité. Elles permettent à l’Homme de faire une petite pause. Il pourra profiter pour mieux réorienter sa vie. Pourquoi cet échec ? La réponse à cette question pourra l’empêcher de refaire les mêmes erreurs. Pour vivre heureux, il faut donc accepter que la vie est faite de contraste.

Vivre intensément les bons moments

Il est difficile de donner les indices du bien-être. On peut néanmoins se sentir bien quand tout se passe comme on l’a prévu. Vos enfants réussissent régulièrement à leurs examens ? Vous avez une femme ou un mari qui vous aime ? Votre situation financière est stable ? Vous avez reçu une promotion au travail ? Vous devez profiter pleinement de toutes ces bonnes nouvelles. Il faut vivre intensément ces moments pour ne pas nourrir plus tard des regrets, car aucune situation n’est immuable. Bien profiter des bons moments c’est faire le plein d’énergies positives pour d’éventuels jours sombres. Cette conception philosophique de la vie est de loin la plus responsable et la plus réaliste. Elle permet de ne pas se plaindre quand vient le malheur.

Savoir faire une pause

Certaines personnes mènent une vie à pleins gaz. Elles ne savent pas s’arrêter quand il le faut. Il faut certes travailler, mais il faut savoir aussi se reposer. C’est d’ailleurs à cela que servent les congés professionnels. La course effrénée à l’argent pourrait détériorer la qualité de vie d’une personne. Il a été prouvé que le stress est majoritairement à la base des suicides enregistrés dans le milieu professionnel. Le cas de cette directrice d’école est assez évocateur. Il faut savoir donc se donner des moments de détente pour mieux profiter de la vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here