FNAC Valenciennes

0
115

FNAC Valenciennes

Située dans le centre commercial Place d’Armes, la Fnac Valenciennes vous accueille dans son magasin de plus de 1 500m².

Vous y retrouvez tous les univers de la Fnac : depuis les livres, les disques et DVD, le gaming, l’univers Fnac Kids, la papeterie, la carterie, la micro‐informatique, les objets connectés, la maison & design, le son, la photo et la téléphonie avec un nouveau service de réparation de votre smartphone disponible au SAV du magasin.

 

Adresse : Centre Commercial Place d’armes 12 rue de la Halle – 59300 Valenciennes

Téléphone : 0825 020 020 (0.20€/min+appel)
Télécopie : 03 27 28 84 54

 

Horaires d’ouverture de la Fnac Valenciennes :

lundi – mardi – mercredi – jeudi – vendredi – samedi : 10:00 – 19:30

fermeture le dimanche

LA FNAC VALENCIENNES RACONTE LE CINÉMA EN FRANCE JUSQU’EN 1914

La France a participé à l’invention et à l’amélioration des prises de vues cinématographiques avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Avec Émile Reynaud puis les frères Lumière, elle a participé à la projection des prises de vues sur grand écran, complétant les travaux de Thomas Edison et de William Kennedy Laurie Dickson.

Les frères Lumière s’arrêtant de produire dès le début des années 1900, Thomas Edison fut le premier véritable producteur de films, c’est en revanche à Charles Pathé, autodidacte français, que l’on doit la création de l’industrie du cinéma.

Le cinéma est entré en crise quatre ans après son invention

Le cinéma est entré en crise quatre ans après sa naissance. Les salles ouvertes dans les villes se fermaient les unes après les autres. En réalité, le public bourgeois urbain a abandonné le nouveau moyen d’expression. Le cinéma a rapidement trouvé un nouveau public dans la province et à la campagne parmi les classes laborieuses. Les films étaient montrés dans les spectacles de foires : les directeurs de ces événements trouvaient commode de remplacer les acrobates, les illusionnistes et les combats par le cinéma, ce qui leur coûtait beaucoup moins, apportant plus de clients.

Les films étaient projetés dans des chapiteaux ou des huttes très précaires, mais ils pouvaient aussi accueillir des centaines de spectateurs. Ce mouvement a commencé en Angleterre en 1900, s’est étendu aux États-Unis et a ensuite atteint les autres pays européens. Il n’y avait pas de location, les imprésarios des foires s’adressaient directement aux producteurs en achetant des copies des films.

L’hégémonie française

Jusqu’au début de la Grande Guerre, l’hégémonie mondiale dans la production cinématographique était française. Plus précisément de Charles Pathé. Il était le fils d’un épicier qui a vécu dans la pauvreté pendant longtemps jusqu’à ce qu’il ait investi ses quelques économies dans un phonographe Edison qu’il faisait écouter à un public provincial. Il a alors commencé à commercer les cinématographes de Paul, passant aux appareils cinématographiques avec de plus en plus de chance. Ses trois frères, qui l’avaient toujours considéré comme un « bon à rien », lui prêtèrent alors de l’argent (Pathé Frères était né) et l’entreprise attirait également d’autres investisseurs.

Pathé a embauché un chanteur pour diriger ses films, Ferdinand Zecca, qui a commencé à imiter sans vergogne le style de Méliès. Pathé a construit un grand théâtre (le premier de beaucoup) à Vincennes (aujourd’hui commune de la région métropolitaine de Paris), qui fut de 1903 à 1909 la capitale mondiale du cinéma. Zecca a été entouré d’une série de collaborateurs permanents et a entamé la première véritable division des rôles, en ligne avec les caractéristiques de la production industrielle que Pathé voulait donner à son entreprise. Le coût du film était amorti en 20 exemplaires, mais les films Pathé se vendaient par centaines et parfois par milliers. Cela a rapidement généré une quantité extraordinaire de super profits. Genres : dessins animés, nouvelles récurrentes, exécutions capitales, passions.

Le développement international

Depuis 1902, Pathé a commencé à se développer au niveau international, en ouvrant des agences dans des dizaines de capitales. En 1908, le film vendu par Pathé était deux fois la taille de tous les producteurs américains réunis. Le logo de la maison de production, le coq, représentait pour le public la garantie de la performance populaire.

Les gains croissants ont augmenté l’appétit de Pathé, qui visait à contrôler toutes les branches de l’industrie. Il avait commencé à ouvrir ses propres salles et décida à partir de 1907 de ne plus vendre si ce n’était qu’à des exercices sous son contrôle (les salles étaient de toute façon moins nombreuses que les foires), et pour le reste il donna à louer ses films. Ainsi, pour la première fois, les trois branches de l’industrie étaient structurées : la production, la distribution et la location, bien que contrôlées d’une manière ou d’une autre par Pathé, au moins en France.

Pathé a également commencé à produire des projecteurs et des films, à partir d’un brevet allemand, en concurrence avec Eastman Kodak, un monopole mondial. Puis il a acheté les droits sur presque tout le répertoire littéraire français.

Zecca a coordonné le travail de nombreux réalisateurs. Leurs films alternaient avec le tournage en dehors du théâtre. Zecca a exploré de nouveaux genres : l’érotique, le sentimental, tandis que le comédien s’est raffiné avec la naissance de l’une des premières stars : Max Linder, qui avait une renommée mondiale, avant d’être détrôné par Chaplin. En 1909, cinq installations fonctionnaient sans arrêt tandis que les cabanes de toile des foires furent remplacées par les salles.

Le seul concurrent qui a inquiété Pathé était Gaumont qui a embauché comme directeur artistique Louis Feuillade, un journaliste qui est passé au scénario puis à la régie.

À partir de 1908, un nouveau type de production commence, destiné à un public plus cultivé : le « Film D’Art ». Souvent il avait des matrices littéraires, et il voyait des réalisateurs engagés, des auteurs et des acteurs du théâtre qui se prêtaient volontiers au cinéma parce qu’il permettait de bons revenus. C’est vers cette année que la figure de l’aboyeur a disparu, les films duraient un quart d’heure et étaient interrompus par des légendes, puis il y avait un entracte. Puis suivaient d’autres films pour compléter ce qu’on a appelé le « programme ». Les bases ont donc été posées pour l’allongement du film vers une durée « théâtrale ».

Le marché exige un nombre toujours croissant de films, si bien que Pathé lui-même doit recourir à des films d’autres producteurs pour ses propres salles. Ainsi, jusqu’en 1914, une quantité extraordinaire de films a été produite. Autres genres: les exploits d’aventuriers dangereux nés des romans de l’appendice (Rocambole, Fantômas, King of Terror, etc.), des drames réalistes et des romans annexes.

L’hégémonie française s’est effondrée avec la Première Guerre mondiale, mais d’une manière ou d’une autre elle a été destinée à succomber à l’hégémonie américaine, qui avait un public beaucoup plus large.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here