CATALOGUE Autonomie Santé Parcours intérieur Pratika-Pratik Livre Carte Postale Reflet d'artiste L'Ouisti Minifolio ———————————

 

 

 

 

Christophe Cassegrain : La tête dans les étoiles, récit d'une prise de vue

4 heures du matin. Je m'arrête à la station service à l'angle de Lake Powell Blvd et de Navajo Dr à Page, Arizona. Café chaud "à l'américaine", boisson énergisante. La ville se réveillera dans quelques heures sous un soleil d'automne. Temps calme, belle journée ensoleillée en perspective.

Après avoir traversé le pont qui enjambe le Lake Powell, je m'enfonce dans la nuit noire, la tête dans les étoiles.

5 heures, sur le parking du Paria Plateau. Pas un bruit au fond du canyon. Après avoir vérifié une dernière fois mon sac à dos et mes lampes torche, je m'enfonce dans l'obscurité du canyon.

La veille fut une journée de repérage, les mains dans les poches, à flâner pour découvrir de nouvelles formes à photographier. Avancer, prendre de la hauteur, revenir sur ses pas, j'apprécie particulièrement ces moments, l'espoir de découvrir la nature sous un autre angle afin d'y revenir plus tard capturer la magie de la lumière sur les formes et les volumes.

Une heure de marche déjà, dans l'obscurité je me repère au GPS. La balade n'est pas longue (8 Km) mais la pente est raide (jusqu'à 17°, soit 32 %), la prudence s'impose.

6h30 : enfin le StarShip, ce bloc de roche en équilibre en forme de vaisseau intergalactique. George Lucas a dû s'en inspirer ! Il me reste une demie heure pour installer la chambre photographique et faire les réglages. Le moment tant attendu est proche !

7h10, les premiers rayons éclairent le sommet de la montagne, sur ma droite. Encore quelques minutes et le StarShip sera éclairé. Premières prises, la pellicule enregistre l'envol du StarShip. La lumière est douce, presque rose, les ombres se dessinent lentement sur le sol.

1620 mètres : sur ma gauche, le Paria Plateau. D'où je suis, vue incroyable sur la vallée désertique. Photos terminées, je profite du spectacle matinal, des étoiles plein la tête.




 

© Éditions Arana, Christophe Cassegrain
Réalisé avec Sitedit