CATALOGUE Autonomie Santé Parcours intérieur Pratika-Pratik Livre Carte Postale Reflet d'artiste L'Ouisti Minifolio ———————————

 

 

 

 

Plus fort que James Bond, la dent qui délivre des médicaments


Il y a quelque années, des chercheurs envisageaient d'implanter un téléphone miniature dans une dent. Ce mode de communication révolutionnaire devait permettre de téléphoner incognito, l'os de la mâchoire conduisant les sons jusqu'à la boîte crânienne sans qu'il soit besoin d'écouteur.

Aujourd'hui, on étudie comment une dent pourrait servir de mini-distributeur à médicament afin de se substituer aux formes galéniques traditionnelles. Le dispositif pourrait venir en aide aux personnes qui oublient de prendre leur médicament, ou les prennent au mauvais moment ou encore se trompent dans la posologie.
Le système a été mis au point dans le cadre du projet IntelliDrug (Intelligent intra-oral medicine delivery micro-system to treat addiction and chronic diseases) financé par l'UE, et rassemblant 15 partenaires de six pays différents: Israël, l'Allemagne, l'Espagne, la Suisse, l'Italie et la Pologne.
La prothèse dentaire à vocation pharmaceutique est un système complet,  du réservoir aux micro-agitateurs mais occupe le volume de deux molaires. Les réglages, par infrarouge, se feront bientôt par radio.

La bouche est d'accès aisé (installation et maintenance du dispositif) et l'absorption directe par le tissu buccal permet d'administrer de plus petites doses.

Avec à terme un système de contrôle par GSM, la dent-médicament se doublera peut-être d'une dent-téléphone mobile ! On peut imaginer qu'il sera possible de communiquer en direct avec son médecin, voire pour celui-ci de contrôler de son ordinateur la posologie. Science fiction ? Plutôt anticipation. Le dispositif est en cours d'évaluation sur des volontaires humains depuis novembre 2007 et pourrait être commercialisé d'ici trois ans.

Avantage supplémentaire pour les patients négligents: l'obligation de se rendre régulièrement chez son dentiste pour recharger la prothèse en médicament (toutes les semaines à tous les mois) et changer les piles (tous les trois mois).

Un bémol cependant: l'effet des piles, des micro-circuits électriques et des radiofréquences sur le biomagnétisme humain n'a pas été envisagé par les chercheurs, peut-être à tort. Espérons que le remède ne sera pas pire que le mal. Voir à ce sujet l'article d'Estelle Vereeck publié sur Holodent :Électrosensibilité et métaux dentaires.

Quant aux effets de la prothèse-médicament sur l'occlusion, rien n'est dit. Enfin, s'il faut arracher deux molaires ou les mutiler pour placer le dispositif, on peine à voir l'avantage. À suivre, donc.

D'après une information publiée sur Cordis le 16-01 2008 : Administration automatique de médicaments au profit des malades chroniques.
 

© 18/01/2008 Éditions Luigi Castelli, Estelle Vereeck

Sommaire Articles


 
Réalisé avec Sitedit