CATALOGUE Autonomie Santé Parcours intérieur Pratika-Pratik Livre Carte Postale Reflet d'artiste L'Ouisti Minifolio ———————————

 

 

 

 

Implant dentaire

IMPLANT DENTAIRE. Dispositif artificiel placé dans l’os de la mâchoire dans le but de remplacer une dent. Sorte de fausse racine implantée à la place de la dent absente (disparue ou manquante), il est destiné à supporter un élément prothétique. Le terme « implant » est impropre puisqu’une partie seulement du dispositif est enfouie, l’autre partie émergeant hors de la gencive pour supporter la couronne ou la prothèse. Il serait plus juste de parler d’implant partiel, détail qui a toute son importance par rapport à sa tolérance > Implant-se décider § l’implant est-il biocompatible ?.

HIST. Depuis l’aube des temps, l’homme a cherché à remplacer les dents qui lui manquent. Le plus ancien implant connu, en os taillé, a sept mille ans. Des implants anciens ont été retrouvés partout dans le monde. Dans la presqu’île du Yucatan il y a deux mille ans on implantait des dents humaines, animales, ou des fausses dents taillées dans l’ivoire, l’os ou la nacre. Curieusement, ces implants n’entraînaient pas toujours des infections. Sur un crâne précolombien porteur d’une incisive en obsidienne, le dépôt de tartre important prouve que l’implant est resté longtemps en place. Il y a quelques siècles en France et en Angleterre on extrayait des dents saines contre rémunération pour les implanter dans les mâchoires de gens fortunés. En 1575, Ambroise Paré évoque une telle transplantation, effectuée selon lui avec succès. La pratique se poursuit au cours du XVIIe siècle pour être abandonnée au XVIIIe en raison du taux d’infection élevé et de la contamination par la tuberculose ou la syphilis. La transplantation est en outre jugée contraire à l’éthique médicale. À la fin du XIXe siècle, on tente à nouveau d’implanter de fausses racines en caoutchouc, en ivoire, en or ou en porcelaine, sur lesquelles on visse une dent artificielle. Ces techniques au taux important d’échec seront rapidement abandonnées. Il faut attendre les années trente pour que l’implantologie renaisse sur des bases scientifiques. La découverte fortuite en 1952 par un chirurgien orthopédiste (Bränemark) des propriétés du titane donne à l’implantologie son essor. Matériau inerte sur le plan biologique, il réalise ce qu’aucun matériau n’avait pu faire : il s’intègre à la matrice osseuse sans qu’on puisse ensuite l’en déloger, (ostéo-intégration).

Implants, matériaux utilisés : lire la suite >>>



©  Éditions Luigi Castelli < RETOUR SOMMAIRE >
POUR UNE CONSULTATION PLUS CONFORTABLE, ACHETEZ LE PDF  >


Page d'accueil de l'auteur sur le site (nombreux articles)

        
Réalisé avec Sitedit