4 choses importantes à savoir sur le tatouage

0
423

Symbolique, décoratif ou purement esthétique, le tatouage compte de plus en plus d’abonnés à son compte. Aujourd’hui, cet art n’est plus réservé aux filles de joie, aux marins ou aux mauvais garçons. Le fait qui veut ou qui aime tout simplement ! Mais il faut tout de même avoir les bonnes infos tatoo avant de se lancer.

Tatoué un jour, tatoué pour toujours

Un tatouage, ça reste à vie sous la peau. Pour un tatouage normal qui n’est pas piqué en profondeur, les pigments finissent par s’atténuer, mais ne disparaissent jamais vraiment. Si vous avez encore un doute, faites un tattoo au henné ou mieux, optez pour des tatouages éphémères. Vous avez certainement entendu parler du détatouage, mais ne vous faites pas d’illusions. Le détatouage est un processus long et très couteux. Il peut durer un an ou même plus, à raison d’une séance tous les mois ou tous les deux mois. Bien qu’il soit possible d’enlever un tatouage au laser, il va rester une cicatrice plus ou moins discrète.

Le risque zéro, ça n’existe pas

Se faire tatouer comporte un certain nombre de risques comme les allergies, les infections bactériennes, le risque de transmissions de certaines maladies, surtout lorsque le matériel est réutilisé. Ce qu’il faut savoir, c’est que le tatouage n’est que le résultat d’une introduction de pigments colorants dans la peau afin d’obtenir un dessin permanent. Et pour atteindre son objectif, le tatoueur doit percer plusieurs fois la peau avec une aiguille contenant un mélange de solvants et de pigments. Il est donc capital de veiller à ce que votre tatouage soit pratiqué dans des conditions d’hygiène parfaite. N’hésitez pas à poser des questions au tatoueur pour connaître ses précautions d’hygiène. Le matériel utilisé doit être stérile, et les aiguilles jetables. Le tatoueur doit porter des gants pendant la réalisation du tattoo. Si vous optez pour un tatouage en couleurs, donnez-vous la peine de vérifier les encres. La complication la plus fréquente après un tatouage est la réaction allergique à l’encre de couleur, en particulier le rouge. Si vous souffrez de certaines allergies, discutez-en avec votre tatoueur afin qu’il vérifie la composition de ses encres. Les tatouages en couleur doivent être réalisés avec des encres autorisées par l’Europe (normes ResAP de 2008). Votre hygiène doit être aussi irréprochable que celle du tatoueur. Votre peau doit être saine avant le tatouage. Pendant la phase de cicatrisation, vous devez prendre soin de la zone et éviter la poussière et les autres salissures pour limiter le risque d’infections aux microbes et autres germes.  Ne buvez pas d’alcool la veille d’une séance d’encrage dermique, notamment pour éviter de trop grands saignements.

Les tatoueurs professionnels, ça existe

Le tatouage est un art, et chaque artiste ou artisan a un univers, un style ou un savoir-faire qui le singularise. La profusion de talents est tout simplement phénoménale. Il est fondamental de se diriger vers un tatoueur qui sait dessiner et qui travaille avec passion. En effet, avoir le feeling est essentiel pour que la réalisation du dessin se fasse en toute sérénité. Même si le nombre de studios de tatouage a explosé, prenez le temps de comparer et profitez-en pour faire le tour de ceux qui vous intéressent. Prenez le temps de poser des questions sur le style du motif, la taille, le matériel ainsi que l’emplacement du tatouage sur votre corps.  Des détails sur le matériel sont disponibles sur https://www.frinked.com/. N’oubliez pas que votre tatouage vous suivra partout. Le rendu doit donc être parfait. Aussi, les professionnels sont, pour la plupart, parfaitement formés aux techniques de stérilisation. Les artistes tatoueurs professionnels sont tenus de déclarer leur activité à l’agence régionale de santé.

Bien choisir son style et son motif

Avant de choisir un motif, il est primordial de se poser quelques questions : est-ce que vous vous voyez dans 10-20 ans avec ce tatouage ? Est-ce que le symbole choisi aujourd’hui sera toujours en accord avec vos idéaux demain ? Bref, autant de questions que possible !

Il existe de nombreux types de tatouage.

  • Le dot art est entièrement réalisé à partir de milliers de points, comme le pointillisme en peinture. On l’utilise aussi pour raviver un tatouage ancien et un peu passé. Très graphique, cette technique donne par exemple de superbes effets de matière.
  • Le tatoo tribal est composé de motifs abstraits, d’aplats noirs et d’ombrages. Le style tribal est à connotation culturelle, religieuse ou sociale. Le plus souvent, les tatoos tribaux font référence à la culture traditionnelle polynésienne ou maorie. Le tatoo tribal est généralement réalisé en bracelet ou en motifs géométriques.
  • Le tatouage traditionnel asiatique s’inspire de l’art chinois et japonais. Il se décline en dragons, tigres, fleurs de lotus, samouraïs, geishas, grues et poissons. Ce style est utilisé par les membres de la mafia japonaise. Les motifs et leur représentation sont très codifiés par la culture et ont une signification forte et intemporelle.
  • Le tatouage biomécanique consiste à incorporer et mélanger des motifs biologiques, organiques et mécaniques de manière à donner l’illusion que le motif se trouve sous la peau du tatoué.
  • Le tatouage celtique est un dérivé celte du tatouage tribal. Il est composé d’entrelacs et d’écritures celtiques. Ce qui lui confère un style bien particulier et reconnaissable, à base de motifs comme la croix celtique. Le tatouage celtique traduit un fort attachement à ses origines : terres, village, culture régionale.
  • Le tatouage horror ou morbid est en général du gout des fans de films d’horreur (personnages violents ou sanguinolents, tueurs en série, monstres, aliens…) ou de science-fiction et de fantasy. Ici, le graphisme est à connotations gores. L’iconographie génère souvent des symboles comme les crânes ou les os. C’est un style très apprécié par les amateurs de métal.
  • Le tatouage réaliste est basé sur la reproduction réaliste d’un sujet. La photo et le portrait sont deux déclinaisons de ce style de tattoo. Ce dernier est très technique et aussi très risqué. Ici, le réalisme est souvent plus poussé avec des tatouages en noir et blanc aux détails infiniment poussés.
  • Le style old school met en valeur les tatouages traditionnels, portés par les marins ou les prisonniers. Ce style rend justice à l’histoire des tatouages, dont ils mettent en valeur l’aspect vintage. Il n’est pas rare de voir des visages de femmes, des oiseaux ou des ancres marins.

Fleurs, plume, portrait… quel que soit le motif que vous choisissez, discutez-en avec votre tatoueur.  Il est important de préciser que les petits tatouages fins et délicats vieilliront plus vite qu’un gros tatouage. Avec le temps, les pigments mis dans la peau s’étendront. Mais, plus le tatouage est grand, et moins cette extension sera visible. Si vous choisissez un petit tatouage, vous pourrez en repréciser les traits, tous les 10 ou 20 ans chez votre tatoueur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here